L’INTERPRÉTATION DES TEXTES SCRIPTURAIRES

L’interprétation, sémiologiquement parlant, sera d’autant meilleure qu’elle aura réussi, selon les mots de Roland Barthe, à déchronologiser puis à relogifier le Texte. C’est-à-dire au moyen de la subordination de certains aspects syntactiques ou syntagmatiques temporels et contextuels propres au moment coranique, à un aspect paradigmatique achronique, actualisable. Le Texte scripturaire par cette règle montrera sa capacité à se « décontextualiser », c’est-à-dire à s’affranchir de son contexte premier, pour se « recontextualiser » dans la situation culturelle nouvelle. Tout en gardant et préservant son identité sémantique, le discours islamique, grâce à ce procédé, est rendu moderne – dans le sens de la contemporanéité sans rompre avec la Tradition ancienne – par une lecture qui se fait acte d’herméneutique concrète qui devient aux Écritures ce que la parole est au langage. Elle devient ainsi un événement situé dans la condition moderne d’aujourd’hui, « instance de discours » pour utiliser le vocabulaire de Benveniste.

Tareq Oubrou
LA PENSEE MUSULMANE ENTRE LE DIVIN ET L’HUMAIN. Réflexion sur une herméneutique appliquée en vue d’un renouvellement du sens ; In: Autres Temps. Cahiers d’éthique. sociale et politique. N°74, 2002. pp. 13-19.

Footer

bonne lecture

about me
Nullam tempus ante. ut sem, elit. odio