lundi, mars 4 2024
[…] Il y a dans le Coran des passages qui laissent entendre que toute personne est soumise au destin, lequel destin pourrait être compris comme un fatalisme insurmontable, alors que d’autres passages affirment que les hommes sont dotés d’un libre arbitre. D’un côté, le Coran souligne que la volonté humaine est soumise à celle de Dieu : « Et vous ne pouvez vouloir que si Dieu veut, Seigneur des mondes1 » ; de l’autre côté, il affirme que l’homme a la faculté de choisir : « Dis que la vérité vient de Dieu et que celui qui veut croire, libre à lui de croire ; et que celui qui ne veut pas croire, libre à lui de ne pas croire2. » […]
1. Coran (81, 29).

2. Coran (18, 29).

Appel à la réconciliation : Foi musulmane et valeurs de la République française – Édition Tribune Libre Plon – p26

Previous

La Sunna, troisième séparation

Next

Distinguer ce qui relève du champ du sacré permanent d’une part et du temporel en mouvement de l’autre

Check Also