“Lis au nom de ton Seigneur qui créa…”

[…] L’Islam étant une religion du Livre, la pensée qui s’en dégage est forcément une herméneutique. « Lis au nom de ton Seigneur qui créa, Il créa l’homme d’une adhérence (‘alaq)[1]… qui enseigna par le calame, Il enseigna à l’homme ce qu’il ne savait pas ». Ce premier verset révélé du Coran annonce d’emblée la nature de l’Islam et la double herméneutique qui caractérise la pensée musulmane en ouvrant un autre livre, celui de la création, la Nature. J’introduis dans le mot Nature l’Homme avec toutes ses manifestations culturelles (sociologiques, anthropologiques, ethnologiques…) qui informent phénoménologiquement sur sa nature, singulière dans l’Ordre de la création, comme propédeutique à une ontologie qui ne peut, cependant, être accessible qu’asymptotiquement. Deux sources de la connaissance : le Livre (el-kitâb) et la Nature (el-kawn).[…]
Réflexion sur une herméneutique appliquée – en vue d’un renouvellement du sens ; In: Autres Temps. Cahiers d’éthique
sociale et politique. N°74, 2002. pp. 13-19.
Tareq Oubrou
Footer

bonne lecture

about me
risus. pulvinar facilisis mi, risus sem, at Donec dictum id ut