Qu’est-ce que cette épreuve vous apprend sur l’humanité ? Cela nous rappelle à quel point l’homme est petit ? A quel point nous devons rester modestes ? A quel point la vie est précieuse ?

Qu’est-ce que cette épreuve vous apprend sur l’humanité ? Cela nous rappelle à quel point l’homme est petit ? A quel point nous devons rester modestes ? A quel point la vie est précieuse ?

Tareq Oubrou : Le propre de l’homme, c’est la vulnérabilité, parfois il l’oublie et les événements viennent le lui rappeler. La toute-puissance est toujours contredite par les événements. Mais cette vulnérabilité n’est pas péjorative. Il s’agit de la transformer à notre avantage. Par exemple cet événement nous apprend que la délocalisation de l’économie a des aspects négatifs. A nous d’en tirer les leçons ! Peut-être faut-il une solidarité et une économie de proximité. Au lieu d’aller chercher des pommes de terre en Chine, pourquoi ne pas les cultiver chez nous ? [rires] C’est le bon sens en vérité, cette épidémie nous renvoie au bon sens.

Dans certaines communautés religieuses, on perçoit cette épreuve comme un châtiment divin, c’est difficilement audible pour ceux qui ne croient pas en Dieu, peut-être même pour ceux qui y croient… Qu’en pensez‐vous ?

Tareq Oubrou : C’est une erreur théologique catastrophique ! Le châtiment et les récompenses, c’est dans l’au-delà, pas ici-bas. Le Coran parle d’une vie dans l’épreuve, il n’y a pas de châtiment de Dieu dans ce bas-monde. Il n’y a pas de rétribution, pas de bénédiction ni de malédiction dans ce bas-monde. Il y a uniquement des épreuves. Les catastrophes sont des épreuves, pas des châtiments. Personne ne peut pénétrer les volontés ultimes de Di/eu. Il faut rester modeste. Il n’y a pas d’automatisme entre le péché et la sanction divine. La preuve, c’est qu’il y a des pays prospères qui ne sont pas touchés, ce sont au contraire les plus vulnérables qui payent la facture des catastrophes généralement. Est-ce que Dieu punit les plus pauvres, les plus démunis, les plus fragiles ? Il y a un paradoxe dans cette lecture qui relie catastrophe et châtiment divin. Ça, c’est une superstition, ce n’est pas une croyance ! […]
Le 03 avril 2020 – Par Rebecca Fitoussi – Public Sénat – Regards croisés de Haïm Korsia, grand rabbin de France, Mgr Eric de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des Évêques de France, archevêque de Reims, Tareq Oubrou, grand imam de Bordeaux.
Footer

bonne lecture

about me
Sed ut consequat. Nullam consectetur dapibus Phasellus mi,