Un réenchantement ?

Il paraît que notre monde est en train de vivre un « réenchantement[1] ». Personnellement, je ne le vois pas comme un retour très spirituel, très humaniste. Il souffre en tout cas, chez les musulmans, d’une offre religieuse addictionnelle qui crée une dépendance normative et qui donnerait raison à Karl Marx, qui considérait que la religion est « l’opium du peuple[2] ». Mais ne peut-on dire que c’est la religion, aujourd’hui, qui est droguée par « l’opium économique » ?
« Banques islamiques », « tourisme islamique », islamic fashion ou hijab fashion, « sites de rencontres islamiques » jusqu’aux « friandises islamiques », etc., voici tout un marché économique foisonnant. On assiste à la vente de produits de toutes sortes, avec des promotions et des choix adaptés aux différents budgets, qui illustre ce retour au religieux qui fait corps avec un capitalisme sans règle !
Le centre de gravité du nouvel islam n’est plus spirituel. Il n’est plus La Mecque d’Arabie[3], mais se trouve actuellement davantage à Kuala Lumpur, « la Mecque du halal » et capitale des « produits islamiques ». Ce « casher musulman » à dimension économique astronomique remplit la poche des opportunistes, mais ruine l’âme de l’islam.
En écrivant ces mots, ma fille, qui est actuellement en Corée du Sud, vient de m’apprendre qu’elle a remarqué là-bas, chez les musulmans, la même « fièvre du halal » que celle qui sévit ici en France. En visitant la mosquée de Séoul, elle a découvert à proximité tout un commerce du halal : « maquillage halal » et d’autres produits inimaginables. Elle y a même trouvé des boutiques d’« ordinateurs halal » !
Ces mêmes « boutiques islamiques[4] » que me décrit ma fille à Séoul se multiplient partout et viennent se coller aux mosquées comme des sangsues. Des nouveaux « marchands du temple », qui n’ont pas trouvé un « Jésus » pour les chasser[5].
1. Voir l’ouvrage collectif Réenchantement du monde, dirigé par Peter L. Berger, Bayard, 2001.
2. Karl Marx, L’Opium du peuple, Mille et une nuits, 2013.
3. Qui n’a plus rien de spirituel, quand on voit ce qu’elle représente comme incarnation d’une mondialisation débridée et de tentations matérialistes qui incitent les pèlerins à plus de consommation et de divertissement que de méditation et de recueillement.
4. Le concept fait sourire.
5. Mt. (21, 12-13) ; Mc (11, 15-17) ; Luc (19, 45-46) ; et Jn (2, 13-16).
Appel à la réconciliation : Foi musulmane et valeurs de la République française – Tareq Oubrou – Édition Tribune Libre Plon – p105-107
Footer

bonne lecture

about me
dolor. id Praesent eget ut Curabitur tristique leo