mercredi, mai 29 2024

(…) Le Prophète lui- même avait, dans sa propre mosquée (deuxième lieu sacré de l’islam), accueilli des chrétiens venus de Najran(1), allant jusqu’à leur permettre d’y effectuer leur office. Ils y ont célébré le dogme de la Trinité et celui de l’Incarnation avec des objets cultuels comme la croix. Cela signifie que, au cœur du sacré, l’islam accepte, par tolérance, un acte qu’il considère comme blasphématoire.(…)

1. Muhammad ibn Yûsuf as- Sâlihî, Subul al-Hudâ, édité par ‘Abd al- ‘Azîz al- Hilmî, Le Caire, Ministère du Culte d’Égypte, 1990, t. 6, p. 642.

Ce que vous ne savez pas sur l’islam – Edition Fayard – Tareq Oubrou – p161/162

Previous

LA PREUVE CANONIQUE PAR INSPIRATION

Next

L’EXÉGÈSE FONDAMENTALE ET L’EXÉGÈSE APPLIQUÉE

Check Also