Une patience (as-sabre) récompensée

Comme l’animal, l’homme est soumis à des lois naturelles (Cr. 6 : 38). Il doit les respecter pour assurer sa (sur) vie : nourriture, reproduction, habitat, etc. Pour cela, il doit travailler durement et lutter contre les catastrophes naturelles et les imprévus de la vie. Il doit tout faire pour les éviter ou les transformer à son avantage. Après l’effort, le musulman s’en remet à Dieu en cherchant refuge dans la prière et la patience (Cr. 2 : 45 et 153). La patience est l’une des pratiques religieuses les plus importantes. L’éprouvé est invité à dire : « Nous appartenons à Dieu et c’est à lui que nous retournerons. » (Cr. 2 : 156) Cela le soulagera. S’il patiente, Dieu lui promet la bénédiction et la miséricorde (Cr. 2 : 157). Aussi, les patients entreront au paradis sans passer par l’épreuve du Jugement dernier (Cr. 39 : 10).
Le coran pour les nuls en 50 notions clés – collection pour les nuls culture générale – Nov 2019 – Tareq Oubrou – p92
Footer

bonne lecture

about me
libero mattis consectetur in id risus. Sed Nullam elit. tempus vulputate, odio